contes et légendes

Mimi, type européen. Indocile et rebelle

Coulisses

Mimi, type européen est indocile et rebelle.
Chatte-de-Van trouvé abandonnée en Bretagne, à Van.
Devenue muse artistique.
Son histoire ?
Déclinée en musique, en podcast, en vidéo, en blog, en poésie, pour la scène,
en Ebook dessiné
traduite en arménien.
#lanouvelleolympe #créationartistique #ikevorkian

Ta fourrure est si rare
Un blanc immaculé
Quand il se fait très tard
Ton pelage est lacté
Tes pupilles translucides
D’un bleu céruléen
Aux filaments hybrides
Azur marmoréen
Ou bien noir dilatés
Comme deux billes d’Obsidienne
Quant à la nuit tombée
Tu es européenne
Et rouges incandescents
Filaments si changeants
Qui trompent les ténèbres
Si noble et si célèbre
Deux oreilles pointues
Dressées rosées mobiles
A l’écoute résolue
Quand tu es immobile
Dans ta posture de sphinx
Ronronne ton larynx
Nez coussinets layette
Tu sais te faire douillette
Ta longue queue agile
D’un élan se replie
Chat aristo habile
Enserre ton habit
Brûlé vif ou mangé
Un passé bien cruel
Une histoire insensée
Ta légende m’interpelle
Puis réhabilité
Aujourd’hui chat de race
Uni moucheté tigré
Tu as toute ta place
Fidèle et peu farouche
Tu t’adaptes sociable
Mais lorsque tu te couches
Tu aimes te faire palpable
Indocile et rebelle
Ma mimi t’es si belle
P’tite reine de la débrouille
Curieuse, en quête de fouilles
Princesse du système D
Joueuse et intrépide
Jamais à courts d’idées
Dans ton pelage solide

traduit en arménien
La légende d’Akh Tamar

Interlude : La Légende d’Akh Tamar (Épisode 8)

Interlude : La légende d’akh tamar

L’Oiseau bleu messager

Pendant quatre jours et quatre nuits, HERMINE pleure.

Elle laisse sa fenêtre ouverte et ses lumières allumées.

Les légendes affirment que les petits chats bondissent de toit en toit,

pour retrouver leur maître,

capables de parcourir des kilomètres.

Surtout sa Mimi, de la race des chats nageurs et intrépides.

HERMINE

Dire que ma Mimi et moi, on s’est croisées à la Pointe-du-Van,

au-dessus de la Baie des Trépassés, en Bretagne.

Et que peut-être, elle vient du Lac de Van,

légendaire de l’Arménie Historique.

Du royaume d’Arménie.

Le Chat-de-Van est le symbole de la résistance arménienne à Van.

Pendant l’effroyable génocide.

Il est le symbole de l’identité nationale des Arméniens.

On ne pouvait pas ne pas se rencontrer, ma Mimi et moi.

Ah voilà, c’est cette légende que je cherchais :

La légende d’Akh Tamar.

HERMINE récite

Du hameau près du lac de Van,

Quand vient la nuit, chaque soir,

Un beau garçon furtivement,

Se glisse, vers les flots noirs.

Il va vers l’île de ses rêves,

L’intrépide sans bateau,

Sans fatigue aucune, sans trêve.

De ses bras il fend les eaux.

Une lueur ardente et claire

L’appelle, sur l’île sombre.

Et comme un phare, elle l’éclaire,

Pour que dans l’eau, il ne sombre.

La belle Tamar sait allumer,

Chaque soir, ce feu qui luit,

En attendant son bien-aimé,

Voilée des plis de la nuit.

La houle écumeuse palpite,

Le cœur du garçon aussi.

Les flots hurlent et se précipitent.

Il les combat sans merci.

Déjà tout petit, Tamar entend

Un familier clapotis.

Folle d’amour et cœur battant,

De tout son corps elle frémit.

Tout est silence

Seule une ombre

Là, sur le rivage sombre…

C’est lui… les amants sont unis…

Nuit secrète, douce nuit.

Seules les vagues du lac de Van,

Viennent frôler les rives,

Et chuchotant avec le vent,

S’évanouissent craintives.

Et les étoiles dans les cieux,

Médisent de l’impudeur

De Tamar, puis ferment les yeux,

Car le jour naît… il est l’heure.

Chaque fois que la nuit se meurt,

L’un s’en retourne à la mer,

Quand sur le bord, l’autre demeure,

Se confondant en prière.

L’ennemi est, pourtant, rageur.

Il a surpris leur secret.

Il a éteint le feu sauveur.

Un certain soir, sans regrets.

Dans l’onde nocturne et rebelle,

L’amoureux nageur s’égare.

Les vents rapportent, sur leurs ailes,

Une plainte :

Ahhhhh Tamar

Dans les noirs ténèbres, tout proche,

Où se décline la mer,

La voix se lève, elle s’accroche

Aux rocs aigues, puis se perd

Dans un râle de désespoir :

Ahhhhh Tamar !

À l’aube, la houle apaisée

Rejette à la grève un corps.

Sur ses lèvres, dans un baiser,

On aurait dit que la mort

Avait pétrifié deux mots :

Ahhhhh Tamar !

Depuis ce jour, en leur mémoire,

L’île s’appelle Akhtamar.

HERMINE, comme redevenue enfant, chante

Tes oreilles dressées

Tes yeux dilatés

Tes poils hérissés

Et ta queue dressée